Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘#CIFR2019’

Point de vue de deux panélistes de la séance consacrée aux récits de survie de résidents

Liz and Justin

De gauche à droite les Drs:  Justin Jek-Kahn Koh, Elizabeth Hendren, Damon Dagnone et Adelle Roberta Atkinson.

L’environnement d’apprentissage actuel des résidents peut être éprouvant, même si vous êtes en bonne santé et n’éprouvez pas de grandes difficultés.

Nous savons aussi que presque tous les médecins sont confrontés à d’importants facteurs de stress durant leur formation ou en début de carrière, et qu’environ 15 à 30 pour cent des résidents en font l’expérience dans une année (Hu, 2012)1.

Une maladie et une crise personnelle peuvent avoir de profondes répercussions sur le bien-être, l’épuisement professionnel et les modèles de pratique des médecins, ce qui peut expliquer en partie pourquoi, avant la fin de la formation, le niveau de détresse psychologique des résidents est plus élevé que celui de la population générale.

Même si de nombreux résidents sont secoués, d’une façon ou d’une autre, par une crise personnelle durant cette période de leur formation (problèmes de santé physique ou mentale, deuil et perte d’un être cher), nous en parlons rarement. Les récits de survie de résidents permettent de le faire. Ils amorcent une conversation et donnent l’occasion de reconnaître ce que tellement de résidents vivront.

Comme nous en avons fait l’expérience, nous savons que demander de faire partie des panélistes de cette séance peut être une leçon de vulnérabilité. Raconter votre récit personnel n’est pas uniquement ce qui crée ce sentiment, c’est aussi penser que votre récit ne suffit peut-être pas. Cependant, la vulnérabilité donne aussi du courage et de la force. Réfléchir aux moments difficiles que vous avez vécus durant votre carrière en médecine est en soi stimulant et enrichissant.

Votre récit peut contribuer de façon significative au changement culturel. Des directeurs de programme et des administrateurs assistent à la séance et vous pouvez préciser ce qui vous a aidé et ce qui vous a nui en cours de route. Grâce aux leçons que vous avez apprises en surmontant l’adversité, d’autres éviteront de commettre les mêmes erreurs.

Survivre à la résidence ne devrait pas être le principal objectif, mais nous savons qu’il s’agit d’une étape nécessaire pour réussir.

Cliquez ici pour soumettre votre récit. La date limite est le 20 mai 2019.

  1. Hu, Y.-Y. Physicians' Needs in Coping With Emotional Stressors. 
    Arch Surg 147, 212–6 (2012).

Read Full Post »

#Visageformationrésidents : une célébration mondiale de la diversité dans la formation des résidents

Video contest banner _FRAÊtes-vous un résident/stagiaire, un éducateur médical ou un professionnel de la santé ? Ne ratez pas l’occasion d’assister à la Conférence internationale sur la formation des résidents (CIFR) 2020 qui se tiendra à Vancouver, au Canada.

La CIFR est la plus grande conférence entièrement consacrée à l’avancement de la formation des résidents.

Chaque année, plus de 1500 médecins et enseignants cliniciens du monde entier assistent à la CIFR afin de présenter leurs idées, défis et innovations et de faire progresser la formation médicale.

Fidèle au thème de cette année, Un monde de différence : la diversité dans la formation des résidents, l’équipe de la CIFR lance un concours vidéo pour souligner la diversité sous toutes ses formes dans la formation des résidents.

Admissibilité
Vous êtes invités à soumettre une vidéo originale de 15 secondes ou moins, et :

  • dire votre nom, votre profession et le nom de votre pays, en français ou en anglais;
  • clore avec le thème du concours, « Le visage de la formation des résidents », dans la langue de votre choix.

Soumission
Pour soumettre une vidéo, veuillez rédiger un billet avec les mots-clics du concours (#Visageformationrésidents et #CIFR2019), puis le diffuser dans votre compte Twitter ou Instagram.

Valeur du prix
Le gagnant recevra une (1) inscription gratuite à la CIFR 2020, qui se tiendra du 24 au 26 septembre 2020 à Vancouver, au Canada.

Le concours prendra fin le 23 août 2019.

Cliquez ici pour télécharger le règlement complet et les lignes directrices du concours.

Read Full Post »

Concilier la vie personnelle et la résidence peut parfois représenter un réel défi

Voici le récit de survie du Dr Simon Fleming

2017-icre-friday-027

J’aime beaucoup mon travail et vous? J’aime soigner les gens, j’aime (beaucoup) discuter, j’aime le travail manuel, manipuler des outils (eh oui, je suis un résident/stagiaire en orthopédie), former des gens, leur enseigner, et le milieu des soins de santé, dans son ensemble.

Certains aspects de mon travail me plaisent un peu moins. Ceux qu’on ne peut éviter (courir après des évaluations, remplir des formulaires), ceux qui sont traumatisants et terribles, ceux qui vous empêchent de dormir la nuit ou qui vous viennent à l’esprit en plein milieu d’un film.

Parfois, ils n’ont rien à voir avec le travail comme tel; c’est simplement que le travail est en soi traumatisant. La mort, la perte, le deuil, les décisions difficiles et les erreurs (non seulement le fait de commettre des erreurs, ce qui m’arrive souvent, mais leurs conséquences et devoir admettre d’en être à l’origine, etc…). Malgré tout, la vie continue. Les disputes entre amis, les relations en péril, les problèmes de santé personnels, les maladies ou le décès d’êtres chers et, parfois, tout votre univers semble s’écrouler d’un seul coup.

Nous tenons le coup, malgré tout. Nous serrons les dents et continuons d’aller de l’avant, un pas à la fois. Je sais pourquoi je le fais. Comment j’y suis arrivé. À qui je le dois et qui je ne remercierai jamais assez (cela ne m’empêchera de continuer d’essayer). Bien entendu, la plupart du temps, j’écarte le souvenir de ces aspects traumatisants, pour éviter qu’il resurgisse. Cependant, je reconnais aussi qu’il est important parfois d’en parler, tant pour moi que pour d’autres, de montrer sa vulnérabilité, sa douleur, ses difficultés, comment relever le défi ‒ ou de dire qu’on y travaille encore.

Je tiens à rappeler à tous les résidents et participants (puisque nous avons tous été résidents un moment donné) qu’il y a encore parmi nous des résidents qui se sentent impuissants, incompétents ou envahis par la peur. Si vous avez un récit à raconter, dans un cadre sécuritaire et de soutien, que ce soit pour demander de l’aide, pour en donner ou simplement pour faire passer un message, envoyez-le à cifr@collegeroyal.ca

Date limite pour soumettre votre récit est le 20 mai 2019.

Cliquez ici pour accéder au site de soumission.


Read Full Post »